Flesh and bone

Publié le par Jeanne Ulet

Flesh and bone

Claire est une jeune danseuse au passé difficile. Décidant de fuir sa vie à Pittsburgh, elle s’enfuit à New-York et entame une carrière à l’American Ballet Theatre. Derrière les paillettes et dans le sang, elle est remarquée par le directeur de Ballet, le tyrannique Paul Grayson.

Cela vous dit quelque chose ?

Flesh and Bone. Nouvelle série en huit épisodes produite par la chaîne américaine Starz. Huit épisodes de soixante minutes environ, créés par Moira Walley-Beckett (actrice de petits rôles dans de nombreuses séries). Mettant en scène les aventures de Sarah Hay (Claire Robbins) face à Ben Daniels (Paul Grayson).

J’ai été attirée un soir de désœuvrement par l’affiche du film (que vous pouvez voir en haut de l’article). Des chaussons de danse ne pouvaient que m’attirer (on ne les voit pas bien sur la photo, mais je dois avoir un radar pour ce genre de choses !) L’affiche a quant à elle un petit côté scabreux, mais la photo correspond à la tonalité de la série.

Puis le résumé m’a troublée. Et j’ai regardé le premier épisode.

Qu’en dire ? Tout d’abord, il faut rappeler que Flesh and Bone est une série « drame ». Produite outre-Atlantique, elle répond probablement aux goûts du public auquel elle était originellement destinée.

La série présente également le mérite d’employer de véritables danseurs, pas des acteurs capables de vaguement faire trois pas en justaucorps comme cela a déjà pu se voir. La créatrice Moira Walley-Beckett a elle-même pratiqué cet art.

Sarah Hay joue le rôle de Claire. Elle est une danseuse de talent, actuellement soliste et évoluera probablement.

Je ne suis pas spécialiste du monde de la danse, mais il paraît évident que tout n’y est pas facile, que les artistes connaissent rivalités et douleurs, et que seuls quelques élus entrent dans la lumière.

Mais est-ce pour autant nécessaire d’en faire un foin pareil ?

Oh, la série est bien réalisée. Si Diana Dwayne vous plaît, Claire Robbins vous intéressera également. Il demeure que je reste très sceptique concernant cette série.

Ne vous méprenez pas, je ne fais pas un caprice d’auteur s’apercevant que ses idées n’étaient pas si originales qu’elle le pensait. Moira Walley-Beckett n’a probablement même pas idée de l’existence de Diana Dwayne. Le directeur artistique n’a pas le panache de Meldornov, Claire est plutôt différente de Diana.

L’ennui est que je la trouve…surfaite ? Cette série a beaucoup d’avantages pour elle, mais elle paraît produite. La mode est actuellement aux séries noires, fantastiques ou prétendant montrer les dessous d’un monde brillant. Empire. Nashville. Revenge. Scandal. Sense8.

Flesh and Bone.

En cela, la série ne sort pas du lot. Oui, elle parle du ballet. Oui ce n’est pas un thème suffisamment exploité et oui elle a le mérite d’être plus réaliste que d’autres. Mais tout ne clique pas.

Le souci est que je la trouve noire. Claire doit déjà faire preuve de bravoure dans les dix premières minutes. L’ambiance est déprimante, au point que le sourire de l’héroïne peut parfois sembler déplacé. Et puis, bien sûr, il y a le trash. Si le but de la série est de montrer la réalité du ballet, quelle utilité de montrer une scène de sexe à la minute 12 ?

Sans compter le classique de la première humiliation, la méchante ennemie, la jeune première qui fait ses preuves devant toutes la Compagnie (très belle scène de danse par ailleurs). Les phrases assassines, jusqu’au cliché de l’ancienne étoile aigrie (en revanche je n’ai aucune explication pour le chien). Et il y a même de la drogue.

Sérieusement ? Je ne suis pas spécialiste, mais il me semble que le monde de la danse n’est pas cela. Les relations humaines ne sont pas cela. Je ne prétends pas que l’histoire de Diana est meilleure que Flesh and Bone, mais j’espère au moins y infuser un peu de lumière.

Cette série se concentre sur le sang et la perversion. Peut-être jusqu’à la folie.

Je ne regarderai pas les autres épisodes. Vous êtes naturellement libres de vous forger votre propre idée, mais si vous voulez un avis, le voici :

Amateurs de trash ? Ça peut vous plaire.

Romantiques/réalistes/etc. ? Parfaitement inintéressant.

J’espère vous avoir un peu éclairés… On se retrouve très bientôt pour de nouveaux articles, et la suite de la fille aux oiseaux !!! En attendant, n’oubliez pas d’aimer la page « le calame et la plume » sur facebook, et abonnez-vous à mon compte twitter @jeanne_ulet )

Bien à vous,

Jeanne Ulet

PS : Vous ne jurez que par Le Héron à la Plume Flamboyante ? Ça tombe bien, Diana s’y trouve aussi ;)

Publié dans La bobine

Commenter cet article