La Reine oubliée

Publié le par Jeanne Ulet

La Reine oubliée

Tout le monde a lu Françoise Chandernagor. L’Allée du Roi est un incontournable. Ce qu’on sait moins est qu’elle a un parcours atypique : fille de ministre, elle est le premier major féminin de l’Etat, elle a été conseiller d’Etat. Elle a quitté l’administration en 1993, et est membre de l’Académie Goncourt, du Prix Jean Giono, et du Prix Chateaubriand.

…je n’ai pas pu résister à une petite bio. Je suis une grande admiratrice, j’aimerais beaucoup avoir un parcours ne serait-ce que moitié aussi brillant (et pour l’anecdote, côté généalogie, c’est déjà râpé).

L’Allée du Roi est sorti en 1981 ; c’est son premier roman. Depuis plus de trente ans maintenant, elle nous offre plus ou moins régulièrement des récits historiques, de véritables fresques, nous immergeant dans des époques historiques diverses.

Le dernier en date est La Vie de Jude, frère de Jésus, sorti en 2015. Je ne l’ai pas lu, j’aurais donc bien du mal à vous en parler^^ En revanche, ce qui m’énerve et me passionne à la fois est sa trilogie, la seule sur laquelle elle se soit penchée, et pour laquelle le dernier volume se fait attendre depuis…oulà…presque quatre ans !

Je veux, bien entendu, parler de La Reine oubliée. Tout avait bien commencé : Les Enfants d’Alexandrie est paru en 2011, Les Dames de Rome en 2012, et depuis…plus rien.

Je suis verte, croyez-le. Parce que cette trilogie est simplement géniale.

L’Homme de Césarée a été annoncé pour 2015. Puis pour 2016. Et aucune date de sortie à l’horizon. Alors je prends mon mal en patience, et j’essaie d’oublier…

Bref.

Et bah ma p'tite dame, qu'est-ce qu'il se passe ? On attend la suite, nous !

Et bah ma p'tite dame, qu'est-ce qu'il se passe ? On attend la suite, nous !

Vous l’avez-peut-être deviné par le titre des différents tomes, l’histoire se déroule sous l’Antiquité. Dans les milieux royaux. Dans les milieux royaux d’Egypte et de Rome.

La Reine oubliée fait référence à Cléopâtre Séléné II, fille de la reine d’Egypte Cléopâtre VII et de l’empereur romain Marc-Antoine (je n’ai aucune idée de qui était Cléopâtre Séléné I). Pour faire plus simple, numéro 2 était la fille de la grande Cléopâtre d’Egypte, et la demi-sœur de Césarion. Seule fille d’une fratrie de quatre, elle est également la seule à parvenir à l’âge adulte.

Et c’est son histoire que Chandernagor nous transmet… L’enfance dans la belle Alexandrie, cette mère distante qui l’impressionne, son frère Césarion, les conquêtes de Marc-Antoine. Puis la chute de l’empereur. Octave lui succède et conquiert l’Egypte. Alors, le voyage commence…

Il s’agit bien entendu d’un roman, mais un roman avec de bonnes bases historiques. Savoir précisément ce qui s’est passé à cette époque est impossible ; les chroniques des historiens, lorsqu’elles existent, sont des plaidoyers politiques ! Je pense que Chandernagor a effectué pas mal de recherches et a comblé les vides avec son imagination. 

Le passé? Terre interdite. Zone infestée. Ceux qui en reviennent sont contagieux, susceptibles, à tout instant, de contaminer les habitants du présent; le passé est une épidémie.

Les Dames de Rome

Une imagination bien ficelée tout de même. Pour l’image que j’ai de l’Antiquité, ses descriptions m’ont parues cohérentes. La Rome antique est apparue dans toute sa brillance, mais aussi sa futilité et sa crasse. Les mariages et divorces à la chaîne servaient les politiques des plus grands. Les femmes conspiraient à leur manière, sans scrupules pour certaines, alors que d’autres n’étaient jamais que portées par le courant. Octave Auguste, au-dessus de la mêlée, manipule l’ensemble comme un marionnettiste.

Françoise Chandernagor nous décrit tout cela avec un style inimitable. Au milieu de tout ce chaos, Séléné grandit, silencieuse, très fine et observatrice. C’est une enfant certes, mais une enfant qui a vu les guerres et a été déraciné plusieurs fois. Elle écoute, elle apprend, et petit à petit continue le chemin qui s’achèvera dans L’Homme de Césarée.

Enfin ça, c’est si elle se décide un jour à le publier !

Bonne journée à tous !

Publié dans Les belles lettres

Commenter cet article