Acte II, Impromptu

Publié le par Jeanne Ulet

Acte II, Impromptu

« Pour moi, entrer en mouvement, c’est entrer en méditation. » Maurice Béjart

 

26 juin 2008, New-York

- Après une courte page de publicité, nous sommes de retour sur Radio Tempo, la radio d’actualité de la musique classique et moderne. C’est toujours Brandon Neil qui vous parle, et nous nous entretenons je vous le rappelle avec Diana Dwayne, nouvelle prima ballerina au Bolchoï. Notre ville a l’honneur d’accueillir la célèbre compagnie pour encore une représentation ce soir au Metropolitan Opera.

Brandon s’interrompit un instant pour respirer, et croisa le regard de son invitée. Il fallait se méfier de l’eau dormante. L’agent de la jeune fille avait organisé ce rendez-vous, non sans facilités. La diffusion était en direct, et la danseuse avait reçu un appel à la pub. La conversation s’était tenue en russe, mais Dwayne, en revenant, avait lancé sur un ton parfaitement naturel que même son agent n’était pas au courant !  

- Vous nous disiez ma chère Diana, reprit-il avec courage, que parmi tous vos enseignants vous avez eu une nette préférence pour Monsieur Meldornov. Des commentaires à faire ?

- Aucun.

Silence. Ça y est, son mal de crâne le reprenait. Si son professeur était aussi difficile à gérer qu’elle, comme le disait la rumeur, alors on pouvait comprendre qu’il soit son préféré ! Peut-être même qu’il ne lui avait pas appris que la danse. Peut-être qu’il avait choisi de l’envoyer en Russie se faire un nom par elle-même, quitte à lui dispenser quelques cours de langue.

- Mais vous étiez de l’Institut ? Pourquoi ne pas avoir été présentée ?

- Demandez-lui.

Nouveau sourire. Elle était différente hors antenne. Brandon avait réussi à lui arracher quelques mots en aparté. Dwayne n’était pas très bavarde, mais certainement plus naturelle.

Là, elle était comme sur scène. Elle savait très bien qu’ils ne demanderaient jamais. Restait le secours des fiches apportées durant la pub.

- Nos auditeurs ne le savent peut-être pas, reprit Brandon avec courage, mais l’Institut est une école d’excellence où le célèbre danseur Mikhaïl Meldornov dirige l’enseignement d’une vingtaine de candidats triés sur le volet. Tous ont été proposés à douze ans par leur école de danse, et ils viennent du monde entier. Ma chère Diana, qui vous soutenait ? Le Royal Ballet, l’école de Liverpool ?

Ses dents entaillèrent légèrement sa lèvre inférieure, alors qu’elle semblait prise dans un grand débat silencieux. Le tout ne dura pas plus de quelques secondes, mais il sembla à Brandon que le silence (encore un !) durait des heures.

- Je dois reconnaissance à bien des gens, finit-elle par dire lentement. Si je devais tous les nommer, nous y serions encore demain. S’ils m’écoutent, ils se reconnaîtront, et je les remercie.

Brandon comprit que le thème était clos.

- Nous parlions de vos professeurs. En quoi pouvez-vous dire que M. Meldornov a plus d’importance pour vous que n’importe lequel de vos autres enseignants ? Vous avez été à l’Institut, mais vous avez également fait une année au Bolchoï. Ceux qui vous suivent savent que vous avez été doublement primée à Lausanne, ce n’est pas donné à tout le monde ! Est-ce à Monsieur Meldornov que vous le devez ?

- En partie.

Si elle continuait, il viendrait un moment ou un autre où Brandon Neil finirait par l’étrangler. Peut-être qu’elle s’amusait à le mettre dans l’embarras… Comment savoir ? Elle envoyait trop de messages. Sûre d’elle, hésitante, sympathique, cruelle, réservée, prolixe ! Il fallait choisir ! Au lieu de ça, elle semblait très concentrée pour jouer avec sa bague.

- Mais si vous n’aviez qu’une personne à remercier, ce serait lui ?

Il ne se laisserait pas faire. Qu’elle le veuille ou non, elle parlerait. Elle parlerait !

- Je ne peux pas remercier qu’une seule personne.

- Mais si…

- Sans Meldornov, je ne serais pas devant vous, c’est vrai. Je n’oublie cependant pas que c’est l’Académie chorégraphique qui m’a présentée à Lausanne, c’est le Bolchoï qui m’a envoyée au prix de Moscou, et c’est en Russie que je suis prima. Je ne peux pas choisir.

Elle lança sa tête en un mouvement d’humeur. Brandon devina qu’elle était contrariée, et n’osa pas enfoncer le clou. Il aurait pu, on lui lançait même de grands gestes encourageants pour qu’il aille dans ce sens. Sauf que ce n’étaient pas eux à sa place ! Dwayne n’était peut-être qu’une débutante à la radio, peut-être pas encore très célèbre, mais Brandon sentait qu’il avait tout intérêt à la brosser dans le sens du poil…par précaution, bien entendu !

- Que pensez-vous de lui ? reprit-il.

- Cela ne vous regarde pas.

Elle semblait s’être calmée, mais son ton avait été parfaitement clair. Dwayne n’en dirait pas plus. Il fallait vraiment qu’elle sache ce qu’elle voulait… Quelle girouette ! Ce n’était pas la peine de lâcher un tel scoop si ensuite elle ne donnait pas de détails !

- Même pas un petit indice ? supplia-t-il tout de même.

- Même pas.

- Vous avez dit avant la pause qu’il était possible que Mikhaïl Meldornov ne sache rien de votre nouveau statut. Devons-nous comprendre que vous n’êtes plus en contact ?

- Cela ne vous regarde pas.

Il. Allait. La. Tuer. C’était quoi, un bizutage ? Un peu tardif, ça faisait un moment que Brandon n’était plus un bleu !

- Avez-vous l’intention de danser avec lui prochainement ?

- Non.

- Il faut donc en conclure que vous ne vous entendez plus.

- C’est vous qui le dites.

…elle en avait de bonnes ! Il fallait savoir ce qu’elle disait quand même ! A moins, justement, que son professeur et elles aient un temps dépassé un certain niveau de relation… Il était beaucoup plus vieux qu’elle, mais il ne serait pas le premier à choisir une fille plus jeune. Sans compter qu’en la voyant face à lui, Brandon oubliait facilement qu’elle n’avait que vingt-trois ans.

- Si vous aviez à choisir un ballet à danser avec lui, lequel prendriez-vous ?

- Aucun.

Encore une pause. Elle n’avait visiblement pas renoncé à jouer avec ses nerfs.

- Danser avec lui est un honneur, continua-t-elle néanmoins. Lorsqu’il décide d’inviter une danseuse, le choix du ballet est entièrement le sien. C’est ce qui fait de lui un génie et force chacun à tirer les conséquences de l’acceptation. Il est rare de trouver un danseur libre comme lui, mais voyez le résultat.

Meldornov est un génie. Ça, personne ne le niait. Certains disaient qu’aucun de ses pairs n’avait eu autant de présence sur scène. Pour d’autres, il égalait Noureev. Brandon ne l’avait jamais rencontré, mais il savait que le caractère du personnage était à la hauteur de son talent. Et son instinct lui disait que Dwayne était à surveiller…

 

Vous vous demandiez où se situait le Prologue ? Réponse, il est pendant la tournée de Diana pour le Sacre du Printemps, un bon moment après son départ de Londres ! Qu'est-ce que vous en pensez ?

La suite arrivera d'ici deux ou trois semaines. Elle est prête, mais j'ai beaucoup de travail et je dois en plus avancer les corrections, alors je préfère espacer les publications (désolée).

En attendant n'hésitez pas à commenter, j'adore quand vous le faites :) Et n'hésitez pas en plus à passer sur la page Le Calame et la Plume ou me faire un coucou sur Twitter !

Bien à vous, 

Jeanne Ulet
 

Publié dans La Fille aux oiseaux

Commenter cet article